Le premier symposium belge sur la viande cultivée est un grand succès, le public se régale de Jane Goodall

Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -81

« Bon pour la planète, les animaux et la santé humaine ».

 

 Bruxelles, 26 avril 2022 – Lundi 25 avril, un symposium international sur la viande sans animaux et durable, organisé par GAIA et Eurogroup for Animals, a eu lieu pour la première fois en Belgique. Environ 200 scientifiques, représentants d’entreprises et d’ONG se sont inscrits, ont partagé leurs connaissances et ont entamé un dialogue. L’activiste climatique Nic Balthazar était le modérateur de service, tandis que le célèbre Dr Jane Goodall était l’invitée d’honneur du Musée des sciences naturelles de Bruxelles. Grâce à une connexion en direct, elle a également mis en lumière les grandes possibilités des dernières technologies dans le monde de la production alimentaire. Le public était suspendu à chacun de ses mots.

Plus que jamais, une transition vers une production et une consommation alimentaires sans abattage et à base de plantes est nécessaire pour que l’avenir reste vivable, tant pour les humains que pour les animaux.

C’est pourquoi GAIA et Eurogroup for Animals ont organisé un symposium international sur les nouvelles technologies de pointe qui pourraient conduire à une véritable révolution alimentaire.

La viande cultivée est une de ces technologies. Il s’agit d’une véritable viande qui ne nécessite pas l’abattage d’un animal. La viande est cultivée à partir de cellules souches animales en dehors du corps de l’animal, dans des cuves. C’est ce qu’on appelle « l’agriculture cellulaire » et, à terme, nous serons en mesure de produire non seulement de la viande, mais aussi du poisson, du lait, des œufs et du foie gras.

L’inspirante Jane Goodall

Après les introductions de Michel Vandenbosch (président de GAIA) et de Reineke Hameleers (PDG d’Eurogroup for Animals), le public a pu assister à la performance franchement inspirante de la légende vivante Jane Goodall, primatologue de renommée mondiale et ambassadrice de la paix des Nations unies.

« Un symposium sur ce thème est vraiment très important. J’ai vécu longtemps, 88 ans, et c’est formidable de voir que le mouvement en faveur d’une alimentation sans cruauté prend de l’ampleur ces dernières décennies. L’élevage de protéines s’est beaucoup amélioré ces dernières années et les produits qui en résultent sont si semblables à la viande des animaux abattus que les mangeurs de viande se contentent beaucoup plus facilement de ces alternatives. C’est une proposition très différente de celle qui consiste à leur dire : « Je veux que vous abandonniez la viande, que vous deveniez végétarien ou végétalien et que vous adoptiez un régime à base de plantes ». C’est un très grand défi pour certaines personnes. Lorsque vous pouvez leur proposer quelque chose qui est dérivé de la viande et qui en a aussi le goût, il est beaucoup plus facile pour eux de faire ce choix. »

« Je ne sais pas combien d’entre vous sont allés dans des fermes industrielles (élevage industriel, ndlr), mais la vérité est que des milliards d’animaux dans le monde y sont entassés dans des espaces minuscules et sont généralement traités de manière très cruelle. »

« Ce symposium sur les protéines de culture, comme la viande cultivée, est essentiel : tout ce qui peut nous éloigner des méthodes et des conditions actuelles dans lesquelles les animaux sont habituellement élevés est extrêmement important, et c’est également bon pour la viabilité de la planète et la santé humaine. »

Des intervenants passionnants

Avec environ 200 participants venus d’Europe, d’Asie, d’Amérique du Nord et du Sud, la salle était comble hier, au milieu des impressionnants fossiles de dinosaures. Le public a écouté avec un intérêt manifeste les présentations d’experts tels que Pelle Sinke (consultant en environnement, Université de Delft), Robert Jones (responsable des affaires publiques chez Mosa Meat), Carla Forte Maiolino Molento (professeur de science animale, Université de Paraná, Brésil), Ira van Eelen (président de la Fondation Invitromeat et fille du pionnier de la recherche sur la viande de culture Willem van Eelen, Pays-Bas), Jah Ying Chung (chercheur en marché social, Chine), Elsa Lauwers (directrice scientifique de Paleo), Chris Bryant (docteur en sciences sociales, spécialiste de l’acceptation par les consommateurs), Gwenn Nevelsteen (fondatrice de Untitled Workers Club, spécialiste de la stratégie de marque et du marketing), Philip Lymbery (directeur général de Compassion in World Farming), Helene Miller (responsable des affaires européennes chez Aleph Farms et vice-présidente de Cellular Agriculture Europe), Inge Ooms (Imperial Meat Products et Aoste), Frederic Vermeiren (groupe Colruyt, bio-ingénieur).

Durable, éthique et socialement responsable

Ann De Greef, directrice de GAIA : « Nous devons nous engager pleinement dans des technologies nouvelles, durables et respectueuses des animaux pour produire des aliments. Avec une telle transition, nous pouvons provoquer une révolution majeure, pour les animaux et pour la planète. La science moderne recèle un potentiel énorme, il serait négligent de détourner le regard, nous l’avons encore appris aujourd’hui, de la part de tous les experts venus s’exprimer lors du symposium. »

Michel Vandenbosch, président de GAIA : « L’innovation technologique permettra de produire des aliments d’une manière beaucoup plus durable, éthique et socialement responsable. Les nouvelles technologies alimentaires sont susceptibles de changer la donne. Ils sont porteurs d’espoir pour l’avenir de l’humanité, des animaux et de la planète. Ce futur est sans abattage. »

Reineke Hameleers, directrice générale d’Eurogroup for Animals, a déclaré : « La viande cultivée pourrait changer radicalement notre relation avec les animaux d’élevage et contribuer à sauver la planète, grâce à son faible impact sur l’environnement et à la réduction du nombre d’animaux élevés pour l’alimentation. Au lieu de produire des aliments par le biais d’animaux élevés de manière intensive, nous pourrions utiliser les ressources pour produire des aliments destinés à nourrir les gens. »

Résonance politique

En outre, les scientifiques, les entreprises et les défenseurs du bien-être animal ne sont pas les seuls à voir les grands avantages des dernières technologies. Les milieux politiques voient également le potentiel.

Niels Fuglsang, eurodéputé S&D : « La façon dont les protéines animales sont produites et consommées aujourd’hui a un impact majeur sur la santé de la planète. En Europe, le niveau actuel de consommation de viande est insoutenable. Pourtant, nous savons que l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre la crise climatique consiste à transformer notre système alimentaire : la viande cultivée pourrait être une pièce importante de ce puzzle. Elle permettra de répondre à la demande de viande en utilisant moins de terres et en créant de l’espace pour des pratiques agricoles plus durables. La viande cultivée est une victoire pour les animaux et l’environnement. »

Francisco Guerreiro, député européen, Verts/ALE : « Malgré l’essor des protéines végétales, la demande de viande reste élevée. Contrairement aux produits végétaux, la viande cultivée est fabriquée à partir de cellules animales pour produire un goût et une texture presque identiques à ceux de la viande conventionnelle, avec de nombreux avantages potentiels : elle réduit la nécessité d’élever des animaux pour l’alimentation, sa production peut être plus respectueuse de l’environnement et les problèmes de sécurité alimentaire sont également minimisés. En tant que société, nous devons nous orienter vers la généralisation des protéines d’origine végétale qui s’avèrent plus durables et ne nuisent pas aux animaux. »

Symposium « L’évolution de l’alimentation : vers une technologie durable et sans animaux », 25/4, Musée des sciences naturelles, Bruxelles.

Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -39
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -43
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -45
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -50
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -57
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -61
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -92
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -93
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -127
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -102
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -133
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -139
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -144
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -153
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -167
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -171
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -177
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -182
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -192
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -200
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -203
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -209
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -215
Symposium - ©GAIA - ©MF - Avril 2022 -219

Share

0