La viande cultivée, devenue moins chère, passe du restaurant au service de livraison

eat_just.1140x640

Quelles avancées le secteur de la viande cultivée nous réserve-t-il pour le reste de l’année ? Difficile à dire, mais les progrès significatifs récemment observés sont de très bon augure. En effet, la société israélienne Future Meat a annoncé qu’elle préparait la commercialisation d’une viande cultivée à très bas prix. L’entreprise américaine Eat Just, qui propose déjà sa viande cultivée dans un restaurant singapourien, entend quant à elle vendre ses produits par le biais d’un service de livraison de repas.

Il semblerait que les vrais gourmets soient les seuls à ne pas rechigner à la dépense pour de la nourriture de qualité. Les études de consommation montrent en effet que le prix constitue un facteur déterminant dans le succès d’un produit alimentaire. La viande cultivée ne pourra donc changer la donne que si son prix devient abordable. On comprend mieux pourquoi un coût de production réduit représente le Graal aux yeux du secteur de la viande cultivée. L’entreprise Future Meat sera la première à afficher un prix « à un chiffre », une portion de son produit ayant désormais un coût de production situé entre 7 et 8 dollars. Il s’agit de viande de poitrine de poulet (dont la texture est plus simple que celle d’une cuisse de poulet) agrémentée de protéines végétales. Future Meat est convaincue que cette mise sur le marché aura lieu dans les dix-huit prochains mois. Pour atteindre cet objectif, l’entreprise a lancé la construction d’une unité de production et entame une procédure de demande d’autorisation de commercialisation.

Pendant ce temps, à Singapour, Eat Just continue sur sa lancée. Depuis la fin de l’année dernière, sa viande de poulet cultivée est présente sur la carte d’un restaurant, le « 1880 ». Mais l’entreprise souhaite aller plus loin en nouant un partenariat avec Food Panda, l’une des plus grandes entreprises de livraison asiatiques. Food Panda ambitionne en effet de livrer des repas à base de viande cultivée aux domiciles des singapouriens.

La commercialisation sera progressivement étendue, l’objectif ultime étant que la viande cultivée soit disponible dans tous les magasins et supermarchés. Cette année, les premières demandes d’autorisation de commercialisation seront introduites en Europe, y compris en Belgique.

Share

1