Mark Post : « Il faut poursuivre les recherches sur les alternatives sans sérum »

mark post

Pour des raisons éthiques et financières, le sérum fœtal a été banni des start-up actives dans la viande cultivée au profit d’alternatives sans produits d’origine animale. Mais avec quelle efficacité ? L’équipe de Mark Post, pionnier dans le domaine, vient de publier une étude à ce sujet.

Un des défis de la viande de culture consiste à développer une solution nutritive pour la croissance des cellules. Dans la recherche scientifique et médicale, le sérum de veaux ou de chevaux est utilisé depuis des décennies. Une pratique contraire à l’éthique et rejetée par les start-up de la viande de culture. Aussi, des alternatives sans sérum sont-elles recherchées pour produire de la viande cultivée à grande échelle. Une dynamique qui profite aussi au secteur médical, puisqu’il pourra bientôt se passer du sérum animal.

Des alternatives sont désormais disponibles dans le commerce, mais sont-elles assez bonnes pour la viande d’élevage ? Mark Post, le scientifique néerlandais qui a fabriqué le premier hamburger à base de viande cultivée en 2013, a réalisé des recherches à ce sujet. Ses équipes ont testé sept alternatives disponibles dans le commerce. Pendant six jours, les chercheurs ont surveillé la croissance des cellules en prenant notamment des photos au microscope pour étudier plus en détail les cellules et leur morphologie. Trois suppléments sans substance animale, qui servent à favoriser la croissance cellulaire, ont également été testés. Les chercheurs ont également étudié la présence et l’absence d’antibiotiques, afin de déterminer si les antibiotiques sont utiles et nécessaires pour maintenir les cultures cellulaires à l’abri de bactéries nocives.

Le développement d’alternatives sans sérum est sur la bonne voie, mais il reste encore de la marge avant de les amener au niveau du sérum de veau.

Prof Mark Post
Responsable scientifique de Mosa Meat

Des résultats encourageants

Quels sont les résultats ? Trois des sept alternatives disponibles dans le commerce ont entraîné une croissance cellulaire importante. Mais pas avec la même efficacité que le sérum animal qui s’avère particulièrement nutritif. Les suppléments testés se sont avérés insuffisants : ils n’ont pas stimulé la croissance des cellules. Selon l’équipe de Mark Post, le développement d’alternatives sans sérum est sur la bonne voie, mais il reste encore de la marge avant de les amener au niveau du sérum de veau.

L’inutilité des antibiotiques

L’utilisation d’antibiotiques semble négative pour les cellules : elle ralentit la croissance cellulaire de 20 à 26 %. Selon les chercheurs, il faut donc éviter l’utilisation d’antibiotiques pour la viande de culture. D’autant plus qu’ils s’avèrent inutiles : en effet, aucune infection ne s’est produite pendant les expériences sans antibiotiques. L’environnement stérile étant suffisant pour éviter les bactéries. Des recherches antérieures avaient déjà montré que les cellules ne se développent pas dans un milieu de croissance en présence d’antibiotiques. Les antibiotiques restent largement utilisés dans l’élevage conventionnel ; les opposants à la viande cultivée prétendent parfois que ce sera également le cas pour la viande cultivée. Plusieurs études scientifiques, dont celle-ci, le contredisent pourtant sans équivoque.

L’article scientifique a été publié dans Cytotechnology et peut être téléchargé sous ce lien.

Share

0